Conférences :
par les professeurs
Yadh Ben Achour
&
Federico Tarragoni
17 juin 2022

L’activité sera diffusée en direct via la page Facebook de l’Académie, et elle sera postée ultérieurement sur le site web et la chaîne YouTube de Beit al-Hikma.

Download the PDF file .

Résumé :

Les écrits sur la révolution tunisienne du 14 janvier 2011sont nombreux mais l’Ecriture de la révolution n’a pas encore eu lieu. Quelles sont les conditions et les exigences de cette écriture ? J’avais formulé la première en 2016 « Cette révolution dans le futur doit faire l’objet de profondes et nombreuses analyses et des chercheurs viendront creuser les tranchées de l’histoire pour encore mieux éclairer les tenants de la Révolution tunisienne. Elle est pleine d’enseignements nouveaux et inédits pour l’analyse du phénomène révolutionnaire… » . Il s’agit par conséquent de révéler la révolution dans sa singularité, son déroulement et son archéologie interne. Mais cela n’est pas suffisant. L’écriture étant bel et bien une inscription, cela suppose que la révolution tunisienne soit inscrite conceptuellement et historiquement dans l’ensemble du phénomène révolutionnaire. Nous nous déplaçons ici vers l’histoire et l’archéologie externes, seules à même de nous configurer le concept de révolution, c’est-à-dire de dégager sescritères et ses composants. L’accord sur le concept est seul capable de délimiterce qu’on pourrait appeler la science des révolutions. Cette science fournira des éclairages nécessaires à la compréhension de la révolution tunisienne et cette dernière, dans sa singularité, enrichira la science des révolutions.

Biobibliographie du Pr. Federico Tarragoni :

Federico Tarragoni est sociologue, maître de conférences HDR à l’Université de Paris, où il a fondé le Centre de recherches interdisciplinaires sur le politique (CRIPOLIS). Il codirige actuellement le Laboratoire du changement social et politique (EA 7335) et est titulaire de la chaire « Open School of Public Governance » de l’Alliance universitaire européenne Circle U. Ses travaux portent sur les idéologies politiques, les conflits sociaux et les dynamiques de politisation démocratique, qu’il aborde en faisant dialoguer la sociologie, l’histoire et la théorie politique. Il a publié L’Énigme révolutionnaire (Les Prairies ordinaires, 2015), Sociologies de l’individu (La Découverte, 2018), L’Esprit démocratique du populisme (La Découverte, 2019), Émancipation (Anamosa, 2021) et Sociologie du conflit (Armand Colin, 2021). Ses recherches ont été récompensées par le prix Schneider Aguirre Basualdo de la chancellerie des Universités de Paris et par le prix du jeune sociologue de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

Résumé :

Les révolutions, en tant que discontinuités sociales, politiques et historiques, sont des phénomènes particulièrement difficiles à analyser en sociologie. Non seulement celle-ci peine à les définir avec exactitude, en raison notamment de la charge extrêmement polysémique et polémique du concept, mais, surtout, lorsqu’elle les analyse dans leur production contingente, en se penchant sur les révolutions actuelles ou en cours (comme les printemps arabes, par exemple), elle se heurte à un certain nombre d’écueils. Cet article en énumère trois – l’illusion idéologique, l’illusion téléologique et l’illusion étiologique – en montrant que l’histoire des révolutions, dans ses développements récents, livre au sociologue une méthode rigoureuse pour aborder les révolutions du temps présent.

Pin It on Pinterest

Agence de création site web en Tunisie

2019 © Beit al Hikma